Paris ballast

 

C’est un désert traversé de lignes géométriques d’une parfaite régularité, des traverses qui soutiennent les longues lignes de métal, posées sur ce lit de pierres couleurs terre cuite sale, qui se perdent vers l’infini. Le point de fuite. Sur cet espace figé, sous la pluie ou écrasé de soleil, aride, poussierreux et sec, des trains se croisent, des wagons serpentent en feulements métalliques et crissements aigus…Les voyageurs défilent, assis immobiles à l’abri des fenêtres sécurisées, debout raides comme des mannequins, leur regard accroché au payasage qui passe sans souci de mémoire devant leurs yeux vagues…

 

 

 

 

 

 

Ils se croisent. Un bref instant. Sans savoir…Partir revenir….Voyage.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :