Par endroits, la ville se « déconstruit »

Les espaces sont dégagés à coups de pelleteuses. Des montagnes de gravats, des morceaux de murs, des parcelles habitées amoncelées en débris acheminés dans des camions qui sillonnent la capitale dès l’aube. En file indienne ils dévalent les avenues à vide vers ces chantiers qui se préparent à un brillant avenir architectural…

 

Bientôt un nouvel habitat…

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :