Au fil de l’eau

 
                                                Les jours passent comme l’eau du fleuve sous les ponts de la capitale.
                                                Le long des coques des péniches amarrées, serrées les unes contre les autres en file indienne,
                                                en vertes vaguelettes la Seine inexorablement va rejoindre l’eau salée de la Manche.
                                                Proues et poupes.
                                                Les navires arimés de ces marins d’eau douce qui nettoient leurs ponts et y installent leurs transats
                                                pour pouvoir profiter d’un rayon de soleil en sirotant l’apéritif du soir…
                                                Ah ! Ces parisiens !
 
                                               
 
 
 
 
 
                                                
 
 
 
 
 
 
                                                
 
 
 
 
 
                                                
 
 
 
 
 
                                                
 
.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :