Paris giboulées

 
12 février, 17h35.
La lumière , les lumières changeantes du ciel me guide vers les quais où les bouquinistes vendent leurs
vieux polars, leurs revues aux couverture jaunies où s’affichent Bardot en décolleté abyssal où la princesse Grace coiffée
d’un diadème princier étincelant. Mais mon regard vole de nuage en ciel bleu, d’éclat du soleil en ciel de plomb!
C’est la fête au dessus de ma tête, et je vais m’en mettre ….  "jusque là"…
 
 
                                                                                   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
                                                                                        
 
 
 
 
 
 
 
 
                                                   
 
 
 
 
.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :