Métro

 
Air de Paris, dans les couloirs, le vent qui s’engouffre porte un odeur particulière, un mélange de graisse, de caoutchouc …
Certaines stations, voire certaines lignes ont gardé ce parfum inimitable que je connais depuis l’enfance.
Les vieilles rames vertes et rouges ou grises et rouges, selon les lignes, wagons 1ère et 2ème classe, aux sièges à dossier en bois, les "Sprague"
 
 
 
 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :